Les Justes de France. Politiques publiques de la mémoire.


Sarah Gensburger, Les Justes de France. Politiques publiques de la mémoire, Paris, Presses de Sciences Po, Paris, Presses de Sciences Po, 2010.

Reviews :

 Nicolas Offenstadt, Le Monde des livres, 18 juin 2010

Anne Simonin, Revue française de science politique, 60, 6, 2010

Simon Perego, Histoire@Politique. Politique, culture, société, mise en ligne 9 décembre 2010

Renaud Hourcade, Revue française de science politique, 61, 2, 2011

Pierre Birnbaum, Cahiers du Judaïsme, n°32, septembre 2011

Gérard Cholvy, Historiens et Géographes, mai 2012

Jean-Marc Dreyfus, La vie des idées, mise en ligne 25 janvier 2013.

In 2006, Sarah Gensburger defended her dissertation of sociology on “the process of remembrance through the title of Righteous among the Nations in the French case” at the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS, advisor : Marie-Claire Lavabre ; jury : Alon Confino, Daniel Hervieu-Léger, Pierre Muller, Jacques Revel, François de Singly).

In 2007, her dissertation was awarded a special prize by the Auschwitz Foundation (Bruxelles) and selected as the best dissertation on public policy by the French Political Science Association (Paris). In 2010, part of it was published by the Presses de Sciences Po under the title Les Justes de France. Politiques publiques de la mémoire. The book received significant attention by scholars, both historians and political scientists, in academic journals and newspapers.

Indeed, the book investigates the reason for the development of a policy of memory based on the celebration of the Righteous among the Nations in the French context. Although the title of “Righteous among the Nations” has been awarded in Israel since 1963, foreign governments did not show any interest in this commemoration until the late 1990s. Since then, however, a growing number of European governments have adopted the term. Of all the countries to which this commemoration has spread, the French government’s appropriation of the Israeli terminology may have gone the farthest, forging a new national commemorative expression : the “Justes de France.” This essay explores how the French lexical appropriation has taken place. In doing so, it seeks to introduce a new perspective into the current debate on the transnationalization of memory and to look into the interaction between personal narratives and public frames of memory.

 

 

 

Images d’un pillage. Album de la spoliation des Juifs à Paris

 

Sarah Gensburger, Images d’un pillage. Album de la spoliation des Juifs à Paris 1940-1944, Textuel, 2010.

À travers les 85 photographies d’un album conservé aux archives fédérales de Coblence, Sarah Gensburger revient sur l’histoire de la spoliation des Juifs à Paris pendant la Seconde Guerre mondiale. Prises par les Allemands entre 1940 et 1944, ces clichés ont été rassemblés en album en 1948 par les services alliés en charge de la restitution des biens volés aux Juifs.

La diversité des sites qui apparaissent sur ces images souligne l’emprise de ce pillage sur la capitale : du Musée du Louvre au Palais de Tokyo en passant par le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, la Gare du Nord, le camp de Lévitan, les magasins généraux d’Aubervilliers et le camp de Bassano. Ces prises de vue montrent également la banalité des possessions de l’écrasante majorité des familles juives, ainsi que la normalisation et la nature absolue de cette spoliation : des matelas aux postes de TSF en passant par les batteries de cuisine, les jouets d’enfants ou le linge de maison…

Cet ouvrage considère les 85 photographies de l’album de Coblence non comme des illustrations mais comme des sources pour l’écriture de l’histoire. Il tente de saisir les regards que les acteurs de cette spoliation portaient sur leur tâche comme la logique de celles et ceux qui ont œuvré à la restitution de ce butin. Paradoxalement, et alors même que pour ceux qui les ont rassemblées en album, ces images devaient permettre l’éventuelle identification des biens spoliés, elles donnent d’abord à voir l’opération de destruction de toute trace de l’existence des Juifs qu’a été le pillage des biens juifs, dans ses diverses formes. Elles constituent simultanément aujourd’hui l’un des témoignages de cette existence même.